Me Abakar Djermah

Homme d’action et de terrain, Me Abakar Djermah Aumi vient d’annoncer son intention de briguer la présidence de l’Union Africaine de Judo (UAJ). Le Tchadien compte bien évidemment sur ses pairs qui se mobilisent d’ores et déjà à porter leur choix sur lui comme prochain successeur du Malien Habib Sissoko.

L’expérience fait la différence. Me Abakar Djermah Aumi l’a compris. Désormais prêt à titiller les sommets dans le Judo sur le continent, le président du Comité Olympique et Sportif Tchadien continue de marquer sa génération. Chantre de la bonne gouvernance en matière sportive, basée sur la transparence, le consensus, et l’efficacité, Me Abakar Djermah, a fait du Comité Olympique Sportif Tchadien, une référence sur le continent, en réorganisant sa structure administrative et financière. Ayant doté l’institution d’un manuel de procédure, il a réussi à faire du Tchad, l’un des cinq meilleurs pays en Afrique dont le Comité Olympique Sportif est bien tenu.

Pour le président de la Fédération Tchadienne de Judo, le sport est une industrie dont il faut de temps en temps chercher à améliorer la qualité de la performance. Et Me Abakar Djermah ne ménage aucun effort pour y arriver. Actuel Directeur sportif de l’Union Africaine de Judo et délégué technique au niveau mondial, Me Abakar Djermah est de plain-pied dans la construction d’un Dojo régional au Tchad. Dépêché au Tchad en début de semaine pour suivre l’évolution des travaux, l’architecte de la Fédération internationale de judo, Felix Fifiu, s’est félicité de l’état d’avancement du chantier et adressé ses encouragements à Me Abakar Djermah.

Pourquoi est-il l’homme de la situation ?

Candidat sérieux à la présidence de l’UAJ, Me Abakar Djermah accumule 12 ans d’expérience en management international associatif, 21 ans d’expérience en éducation et coaching en art martial, et 06 ans d’expertise en organisation des compétitions continentales et internationales. Avec un carnet d’adresses bien riche qui lui permet de nouer des partenariats à travers le monde dont le dernier en date est celui signé entre le Comité National Olympique d’Espagne et le Comité Olympique Sportif Tchadien, Me Abakar Djermah part avec la faveur des pronostics.

Homme de réseau et d’influence, celui qui est aussi vice-président de la Commission finances de l’ACNOA a une parfaite maitrise des rouages du Judo. « Le judo m’a apporté tout ce que j’ai réussi dans la vie. J’ai grandi dans cette discipline », avoue-t-il.

« Je suis candidat à l’élection à la Présidence de l’Union Africaine de Judo (UAJ). Si je postule à ce poste, c’est parce que j’ai la ferme conviction de pouvoir apporter un renouveau et un dynamisme croissant pour le développement et la promotion de judo africain. Je m’engage à mener à bien la noble mission assignée à l’Union Africaine de Judo et je jouis d’une vingtaine d’années d’expérience dans le management des organisations sportives », déclare Me Abakar Djermah. Il compte bien évidemment sur l’extraordinaire potentiel dont dispose le continent africain pour développer davantage le Judo sur le continent. Avec une rigueur qu’on lui connaît, ses actions sur le terrain, sa fine connaissance de la discipline, le président de la Fédération Tchadienne de Judo fait déjà office de grand favori à l’Assemblée Générale Elective de l’Union Africaine de Judo. Sa candidature est soutenue par les plus hautes autorités de son pays.

Shalom AMETOKPO

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici